Avocat en garde d’enfants à Massy et Étampes
Modalités de garde des enfants : nos avocates vous répondent

De nos jours, il n’est plus systématique de fixer la résidence des enfants au domicile de la mère. Dès lors, le débat sur la garde des enfants est large. Dans le cadre d’un divorce, en cas de désaccord entre les parents, il est fortement conseillé de faire appel à un avocat pour défendre et faire valoir vos intérêts mais aussi, l’intérêt supérieur de vos enfants.

Situé à Massy et Étampes, notre cabinet d’avocats en affaires familiales prendra en charge votre dossier pour vous aider à obtenir la garde vos enfants après une séparation.

conseil en droit du travail
enfant

Résidence de l’enfant

En fonction des situations, la résidence de l’enfant peut se faire en alternance ou exclusivement au domicile de l’un des deux parents. Les modalités peuvent être très variées puisque, en cas de résidence chez l’un des parents, l’autre parent peut avoir des droits de visite et d’hébergement plus ou moins larges.

En cas de désaccord entre les parents sur la résidence de l’enfant, c’est le juge aux affaires familiales qui décidera de l’attribution du domicile de l’enfant. Dans tous les cas, l’enfant ne doit en aucun cas être séparé de ses frères et sœurs, sauf si cela est dans son intérêt.

Droit de visite et de garde d’enfants

Ce droit peut être accordé à l’un des deux parents en cas de non-attribution de la garde. En effet, le parent sera en droit d’héberger l’enfant un week-end-sur deux et durant la moitié des vacances. Il peut arriver que ce droit soit refusé pour motifs graves, tels que violence, inceste…

Le droit de visite peut également s’effectuer chez un tiers pour permettre de renouer les relations parents/enfants ou d’éviter de mettre en danger l’enfant s’il y a eu des violences sur lui par le passé.

Garde d’enfants : obligation d’entretien partagé

Dans le cas d’une décision de garde d’enfants, il peut arriver que l’un des deux parents se voie dans l’obligation de verser une pension alimentaire pour l’éducation de son enfant. Cette pension peut également être versée au conjoint lorsqu’un conjoint est dans l’incapacité de subvenir à ses besoins.

En cas de non-versement de la pension ou obligation alimentaire, le conjoint débiteur s’expose à de lourdes sanctions, telles que des amendes ou des peines d’emprisonnement.